Les actus de la cité

Aubusson tisse la mode : deux premières pièces tombées du métier

26.04.2018
IMPRIMER
PARTAGER

Un blouson Teddy et une robe ouvrent le bal... Inspirer les créateurs de mode contemporains et rappeler que la tapisserie peut aussi bien habiller les corps que les murs, tels étaient les objectifs de l’appel à projet « Aubusson tisse la mode », lancé en 2015 par la Cité internationale de la tapisserie. Après plusieurs mois de recherche, de création, d’échanges avec les lissiers et de tissage, les deux premières pièces lauréates viennent d’être révélées en présence de leurs créatrices.

Teddy, de Christine Phung, Grand Prix 2015, « Aubusson tisse la mode »

Loin d’être un support d’expression désuet, la tapisserie entend également s’adresser aux jeunes générations, comme le rappelle avec force le blouson Teddy conçu par Christine Phung et lauréat du Grand Prix 2015 pour l’appel à projet « Aubusson tisse la mode ». Inspirée du sportswear et de l’esthétique numérique, cette pièce joue sur les couleurs, les techniques et les textures pour donner une impression de mouvement rappelant celle des erreurs d’affichage découlant de défaillances électroniques. Réalisé par le lissier Daniel Bayle pour l’atelier Catherine Bernet au moyen de huit couleurs seulement, le tissage, exigeant, a nécessité des changements de couleur extrêmement fréquents – parfois à chaque point – ainsi que le recours à diverses techniques de tissage. La tombée de métier du Teddy et de la pochette l’accompagnant a eu lieu le 13 avril dernier, sous le regard ravi de la créatrice.

 

Libramen forma, de Prisca Vilsbol et Dagmar Kestner, 2e Prix 2015, « Aubusson tisse la mode »

Tisser intégralement une robe sur un métier de basse-lisse, c’est possible, comme l’ont démontré Prisca Vilsbol et Dagmar Kestner avec leur projet Libramen Forma, 2e prix de l’appel à projet « Aubusson tisse la mode ». Jouant du passage de la tapisserie murale à la tapisserie en trois dimensions, les créatrices de mode ont cherché à concevoir un vêtement souple et aux formes multiples. Cette impression de volume, obtenue grâce à un drapé en trompe-l’œil, a nécessité un tissage fin et sur fils de chaîne teints en noir, moins courants que les tons clairs privilégiés d’ordinaire. La pièce a été réalisée par l’atelier Françoise Vernaudon, où a eu lieu la tombée de métier le 28 mars dernier.

 

Les deux pièces sont actuellement en atelier pour la phase d’assemblage et de couture de finitions avant de pouvoir être exposées – voire portées ! – à la Cité de la tapisserie.

Des expérimentations pour la réalisation d'une troisième pièce ont également débuté à l'Atelier A2 à Aubusson : le manteau de Capucine Bonneterre: chaîne de laine pour plus de souplesse dans le vêtement, fibres teintées naturellement, techniques pour valoriser l'envers du tissage... Le résultat promet d'être étonnant !