Un musée innovant

Historique

IMPRIMER
PARTAGER

Entre la première évocation d'un musée à Aubusson et l'inauguration du musée de la tapisserie au sein du Centre culturel Jean-Lurçat, près d'un siècle se sera écoulé. La Cité internationale de la tapisserie poursuit cet héritage avec son nouveau musée dont l'ouverture est prévue à l'été 2016.

L'échec d'un premier musée

Encouragé par les principaux industriels de la tapisserie et du tapis, un premier musée est construit par l’architecte Albert Mazet sur le site des ruines médiévales du Chapitre, sur les hauteurs d'Aubusson, et inauguré le 5 octobre 1885.

Ce musée est créé en regard de l’ouverture de l’École Nationale d’Arts Décoratifs d’Aubusson, en 1884. Il est porté par Auguste Louvrier de Lajolais, directeur unique des trois écoles nationales des Arts décoratifs de l’époque (Paris, Aubusson et Limoges), qui définit un programme muséographique centré sur la tapisserie et sa production, à la croisée du musée des Beaux-Arts et du musée industriel et qui vient en complémentarité de l'École.

Pourtant, la dynamique autour de ce musée retombe relativement vite. L'Inspection des musées note d'ailleurs dès 1920 l'état catastrophique des œuvres conservées. Le bâtiment se dégradant trop rapidement et faute de moyens, la commune décide de transférer la collection à la mairie et le musée est détruit vers 1935.

La création du Centre culturel Jean-Lurçat (CCAJL)

Ce n’est qu’en 1978 que la construction d’un nouveau musée est décidée, sous l’impulsion d’André Chandernagor, ancien Ministre des Affaires européennes. Il s’agit alors de concevoir un projet culturel complet et ambitieux eu égard à la taille de la ville : réunir en un lieu unique musée, théâtre (qui deviendra "Scène nationale"), médiathèque, salle audiovisuel équipée, studio son, imprimerie et café-musique.

Ouvert sans collections propres en 1982, le musée retrace aujourd'hui les six siècles de l’histoire tissée d’Aubusson-Felletin avec près de 330 tapisseries.

La multiplicité des fonctions du Centre culturel et le développement des collections du musée posent aujourd'hui un problème de place et, 30 ans après son ouverture, un projet d'agrandissement indispensable au sein de la Cité internationale de la tapisserie se met en place.

Le musée au sein de la Cité

L'inscription des savoir-faire et techniques de la tapisserie d'Aubusson au Patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'UNESCO en 2009 a favorisé le lancement du projet de Cité internationale de la tapisserie. Depuis le 1er janvier 2011, la gestion du musée de la tapisserie et de ses collections, propriété du Conseil départemental de la Creuse, est déléguée au Syndicat mixte de la Cité internationale de la tapisserie. Un musée étendu au sein de la Cité, dont toutes les fonctions seront implantées sur le site de l'ancienne École Nationale d'Art Décoratif d'Aubusson, entièrement réhabilitée à cet effet, permet de développer le nouveau projet scientifique et culturel (ouverture été 2016) et, notamment, de mettre en lumière les savoir-faire d'Aubusson et leur transmission.