Les artistes de la tapisserie

Jean-Joseph Dumons (1687-1779)

IMPRIMER
PARTAGER

Rénovateur de la Manufacture Royale d’Aubusson

Peintre-cartonnier nommé au service du Roi à Aubusson, Jean-Joseph Dumons est considéré comme le peintre rénovateur des Manufactures de la ville.

Jean-Joseph Dumons est né à Tulle le 26 mars 1687. Son activité précédant sa nomination de peintre au service du Roi à Aubusson reste encore inconnue. On sait seulement qu’il a été l’élève de François de Troy. Agréé par l’Académie royale de peinture et de sculpture en 1733, il est reçu peintre d’histoire, le plus haut degré de la hiérarchie des peintres, le 29 octobre 1735. Reconnu par ses contemporains, il est expose régulièrement dans les Salons du Louvre entre 1737 et 1753. Il se retire d’Aubusson en 1755 mais ne cesse pas de travailler pour les manufactures puisqu’il est nommé l’année suivante peintre à Beauvais, où il veille à la conservation des tableaux et à l’enseignement du dessin. Jean-Joseph Dumons s’est éteint le 25 mars 1779, après avoir servi les Manufactures de la Couronne pendant 48 ans.

L’arrivée de Jean-Joseph Dumons à Aubusson marque un tournant dans l’histoire des Manufactures royales de la ville. Nommé par le Roi en 1731, il n’est pas encore académicien. Selon C.Pérathon, Dumons doit cette nomination à Louis Fagon, Intendant des Finances et acteur du relèvement de la Manufacture de Beauvais, où il avait nommé Oudry. Le peintre-cartonnier crée des compositions simples d’une exécution aisée. Il adapte des peintures ou reprend des tentures tissées auparavant à Beauvais. Les tapissiers d’Aubusson accueillent ce mouvement de renouveau avec enthousiasme, eux qui avaient été victimes d’une pénurie de modèles avant 1730.

Entre 1732 et 1753, Dumons dessine vingt tentures pour la Manufacture d’Aubusson et seulement deux pour celle de Felletin. La première tenture qu’il livre, une verdure aux animaux tissée par l’atelier de Pierre Mage, rencontre un immense succès. Selon Laboreys de Châteaufavier, Inspecteur des Manufactures, Dumons aurait été conseillé par Oudry pour cette réalisation. Parmi ses travaux, on remarque Les Grands Rideaux, tenture en six pièces dans lesquelles un rideau s’ouvre sur la scène principale, et une variante de la tenture chinoise de Boucher exécutée à Beauvais, réalisée à la demande du marchand-fabricant aubussonnais Jean-François Picon. La plupart de ces tapisseries appartiennent aujourd’hui à des collections particulières ou sont dispersés dans les collections publiques du monde entier.