Œuvres tissées

Rivendell

IMPRIMER
PARTAGER

D’après une aquarelle originale de J.R.R Tolkien pour The Hobbit, 1937, tapisserie 3,2m x 3,2 m, tissage Atelier Françoise Vernaudon, Aubusson, 2019. Collection Cité internationale de la tapisserie. © The Tolkien Estate Ltd 1937.

La belle vallée de Rivendell est tombée du métier le vendredi 17 mai 2019 à la Cité internationale de la tapisserie. Cette cinquième pièce de la Tenture Tolkien, tissée par l’atelier Françoise Vernaudon, a été saluée par Baillie Tolkien et par l’Ambassadeur du Royaume-Uni Lord Llewellyn, venu spécialement à Aubusson pour dévoiler l'œuvre qui témoigne de la force des liens franco-britanniques.

"Yes I’m ready", signalait Lord Llewelyn, prêt à faire tomber de métier la tapisserie Rivendell après avoir reçu les précieux conseils de la lissière Françoise Vernaudon. Les premiers fils de chaîne furent coupés par l’Ambassadeur suivi de Baillie Tolkien, rompue à l'exercice puisque c'était pour elle sa quatrième participation à une tombée de métier. Une première, en revanche, pour Lord Llewelyn, pour qui "le moment où l’on a révélé cette si belle tapisserie était un moment très spécial". L'Ambassadeur a rendu hommage aux trois lissières, Françoise Vernaudon, Nathalie Mouveroux et Anne Boissau, qui ont donné vie au paysage de Rivendell mois après mois. Il a souligné l'aspect symbolique de l'événement pour la France et le Royaume-Uni : "Une autre raison pour laquelle je suis ravi d’être ici, c’est […] de fêter les liens entre nos deux pays, […] ces liens franco-britanniques."

 

Regarder la tombée de métier en vidéo :

 

L’œuvre

L’aquarelle originale

Le Hobbit a été rédigé entre la fin des années 1920 et le début des années 1930 pour amuser les jeunes enfants de Tolkien. Il raconte l’histoire de Bilbo Baggins (version originale, dit Bilbon Sacquet dans la première traduction française et Bilbo Bessac dans la nouvelle), embarqué malgré lui par le magicien Gandalf et une compagnie de treize nains dans leur voyage vers la Montagne Solitaire, pour récupérer leur trésor gardé par le dragon Smaug. Le livre est paru au Royaume-Uni en 1937.

Le Hobbit (Extrait - Chapitre 3 « Une brève halte »)

Puis ils parvinrent au bord d’une dépression abrupte - si soudainement que la monture de Gandalf faillit glisser en bas.

"Nous y voilà enfin !", annonça-t-il, et les autres s’assemblèrent autour de lui pour contempler la vue. Loin en bas s’étendait une vallée. Ils pouvaient entendre la voix d’un torrent qui coulait, tout au fond, dans son lit de pierres ; le parfum des arbres flottait dans l’air, et il y avait une lueur sur le versant opposé, de l’autre côté d’un cours d’eau.

Bilbo n’oublia jamais comment, ce soir-là au crépuscule, ils dégringolèrent le chemin sinueux et escarpé qui menait dans la vallée secrète de Fendeval. L’air se réchauffait à mesure qu’ils descendaient, et l’odeur de pin lui donnait sommeil, si bien que, de temps à autre, il s’endormait et manquait de tomber, ou se cognait le nez sur l’encolure du poney. Plus ils s’enfonçaient dans la vallée, plus ils reprenaient courage. Les pins cédèrent le pas aux hêtres et aux chênes. Il y avait dans le soir une atmosphère réconfortante. Les dernières touches de vert avaient presque disparu dans l’herbe lorsqu’ils arrivèrent enfin à une clairière non loin au-dessus des rives du cours d’eau.

 

Tracé du carton de Rivendell à l'échelle de la future tapisserie en préparation du tissage.

Le tissage, effectué sur l'envers pour la tapisserie de basse-lisse, a demandé près de 4 mois de travail aux trois lissières de l'Atelier Françoise Vernaudon. Toutes avouent s'être prises au jeu et s'être pleinement approprié les préconisations du comité de tissage, à savoir l'usage des techniques de la tapisserie telles qu'elles étaient enseignées dans les années 1930, avec l'emploi de couleurs pures et une écriture technique très marquée. 

Caché au cœur des Monts Brumeux, le paysage de Rivendell invite à une promenade où nous pouvons presque entendre le bruit de la cascade et sentir une odeur de pins. Un endroit paisible et apaisant qui offre à ce paysage haut en couleurs, une pleine immersion dans cet univers fantastique et elfique.

Si J.R.R Tolkien n’a pas puisé sa source d’inspiration dans les paysages creusois pour dessiner Rivendell, Valérie Simonet, Présidente du Conseil départemental de la Creuse, a discerné "entre la Creuse et la Terre du Milieu, […] quelques troublantes similitudes de paysage, entre Monts et Vallées". Malgré la ressemblance avec la Creuse, c’est bien en Suisse, dans la vallée de Lauterbrunnen, à proximité d’Interlaken, que Tolkien s’est inspiré des reliefs alpins. C'est en effet après son voyage en Suisse en 1911 qu'il commence à peindre la vallée des Elfes. 

Toujours séduite par les interprétations tissées des illustrations qu'elles a tant côtoyées, Baillie Tolkien reste convaincue que son beau-père JRR Tolkien aurait été heureux de la collaboration avec les artisans d'art de la tapisserie d'Aubusson : "il y a une fraternité d'esprit entre mon beau-père et les gens qui font ces tapisseries [...], il y avait des lissiers dans le Middle Earth, certainement !"